Distinction entre les différents « psy »
logo imprimer

► Le psychologue clinicien relève d’une formation universitaire. Le titre nécessite l’obtention d’un Master 2 professionnel et d’au minimum 500 heures de stage supervisé. Il peut travailler en institution ou en libéral. C’est ce que l’opinion courante entend généralement par le terme de « psychologue », mais il s’agit en vérité d’une spécialisation. La psychologie clinique est dans son acceptation la plus large l’étude de la personne totale en situation (Daniel Lagache, 1949), soit la science de la singularité. La psychologie clinique est inséparable de la psychopathologie, qui consiste en l’étude, l’évaluation, le diagnostic, l’aide et la prise en charge de la souffrance psychique sous toutes ses formes (Pedinielli, 1994).
Les autres branches de la psychologie sont la psychologie sociale, cognitive, du développement, de la santé, du travail, etc. qui trouvent leurs applications propres.
 

► Le psychothérapeute est un titre accordé par l’ARS sous certaines conditions (formation initiale + stages supervisés). Il nécessite d’être inscrit au registre national des psychothérapeutes. La psychothérapie consiste en un travail psychologique, généralement par la parole, autour d’une souffrance qui fait symptôme pour le patient, et ceci en vue d’un mieux-être. C’est la fonction principale du psychologue clinicien mais elle ne constitue pas le tout de son activité. Il existe de nombreux types de psychothérapies, ce qui en fait un domaine tout particulièrement nébuleux, et il s’agit avant toute démarche vers un professionnel de bien se renseigner sur la qualité de sa formation aussi bien que sur la reconnaissance de sa pratique par les autorités compétentes.

Les textes de loi* précisent que « l’inscription sur le registre national des psychothérapeutes est subordonnée a la validation d’une formation en psychopathologie clinique de 400 heures minimum et d’un stage pratique d’une durée minimale correspondant à cinq mois effectués ».
L’accès à cette formation est réservé aux « titulaires d’un diplôme de niveau doctorat donnant le droit d’exercer la médecine en France ou d’un diplôme de niveau master dont la spécialité ou la mention est la psychologie ou la psychanalyse ».
=> Seuls les médecins, les psychologues et les psychanalystes peuvent désormais s’inscrire sur ce registre et user du titre de psychothérapeute.
http://www.ars.iledefrance.sante.fr/Usage-du-titre-de-psychotherap.107809.0.html

*Décret n° 2012-695 du 7 mai 2012 modifiant le décret n° 2010-534 du 20 mai 2010 relatif à l’usage du titre de psychothérapeute

 
► Le psychiatre est un médecin. Comme mentionné plus haut, il peut lui aussi faire usage du titre de psychothérapeute, et est en plus prescripteur.

 
► Le psychanalyste peut être inscrit au registre national des psychothérapeutes ou non. La plupart d’entre eux sont aussi médecins ou psychologues. La psychanalyse s’intéresse essentiellement à l’inconscient, où elle localise les conflits psychiques pathogènes, c’est-à-dire causes de souffrance. Par la méthode psychanalytique dite des "associations libres", le psychanalyste vise au découvrement de ces conflits et par là même à réduire si ce n’est à annuler leur influence. Sa formation consiste en une analyse personnelle, une formation théorique auprès d’une école de psychanalyse et une supervision de sa pratique auprès d’un analyste expérimenté.

 
 
Pour ma part, le double titre de « psychologue clinicien-psychanalyste » sous lequel je me présente est une manière de mettre l’accent sur ma double formation menée en parallèle et qui est complémentaire.
 


Marc CHAGALL, Moi et le village, 1911.



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.11